La situation montrée dans cette vidéo interroge le formateur sur la manière d’interagir avec un apprenant intégralement allophone

On voit ici l’importance de privilégier l’oral avec des apprenants qui ne parlent pas du tout le français, même si des mots écrits peuvent être montrés. En même temps cette pratique orale est à compléter par d’autres moyens de communication (non-verbal, visuel, désignation d’objets, images…). Enfin, la quantité de notions abordées à l’oral en une seule fois est un enjeu (on le ressent en tant que récepteur dans l’extrait vidéo).